Chocolat et infarctus cérébral : sortez vos tablettes suédoises!

«En conclusion, les résultats issus de cette cohorte de femmes suggèrent qu’une consommation élevée de chocolat est associée à une réduction de risque d’infarctus cérébral» : voici en substance la traduction de la conclusion d’un compte-rendu d’une étude statistique suédoise, dévoilée sous la forme d’une lettre à éditeur dans le très respectableJournal of the American College of Cardiology.

Comme le rappelle Susanna C. Larsson dès le début de son texte, on supputait déjà un effet positif du chocolat sur le système cardiovasculaire : un effet bénéfique sur la tension artérielle, la coagulation (via une action sur les fonctions endothéliales et les plaquettes sanguines?) ou encore sur le cholestérol LDL grâce aux propriété antioxydantes de ses flavonoïdes, avait déjà été souligné lors d’études sur de petits groupes de sujets. Ce qui différencie les travaux de Susanna et ses collègues du reste, c’est l’ampleur des données épidémiologiques auxquelles ils ont eu accès : en 1997, plus de 39000 femmes suédoises  entre 49 et 83 ans  remplirent un questionnaire portant notamment sur leurs comportements alimentaires, dont leurs habitudes en termes de consommation hebdomadaire en chocolat. Questionnaire initialement prévu pour une étude sur la mammographie dans le dépistage du cancer du sein. 33372 d’entre elles ont été prises en compte dans l’étude statistique qui nous intéresse là. Plus de 10 ans plus tard, les scientifiques ont eu accès au registre national afin de déterminer quiparmi ces femmes avaient été touchées par un infarctus cérébral entre le 1er janvier 1998 et le 31 décembre 2008.

Pour faire simple (et ce sont les chiffres qui ont été repris dans la dépêche Reutersgrâce à qui tous vos journaux devraient être au courant), le taux de survenue d’infarctus du myocarde chez les suédoises ayant déclaré consommer le moins de chocolat, soit moins de 8,9 grammes par semaine, est de 7,8 pour 1000. Ce taux chute à 2,5 pour 1000 pour les femmes ayant déclaré manger au moins 45 grammes de chocolat par semaine!

Pour les puristes et les amoureux des statistiques, p, nombres des cas et autres concepts de personnes-années, vous trouverez ci-dessous le tableau détaillé des résultats d’une étude qui va sans doute faire parler d’elle, en confortant ceux qui mangent leur demi-tablette de chocolat hebdomadaire (une tablette, c’est en général 100 grammes de chocolat). Et si à cet instant vous vous demandez s’il vaut mieux manger du chocolat noir, du chocolat au lait ou du chocolat blanc, sachez qu’au moment de l’étude, en Suède, 90% du chocolat consommé était du chocolat… au lait!

Source: Chocolate Consumption and Risk of Stroke in Women. Susanna C. Larsson, Jarmo Virtamo and Alicja Wolk. J Am Coll Cardiol, 2011; 58:1828-1829,

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Add a Comment