Health for sale : quand s’affichait le médicament

Sans doute n’avez-vous pas mis les pieds du côté de Philadelphie cet été. En tout cas nous nous n’y étions pas, et c’est bien dommage tant l’exposition, dont a parlé le New York Timesen juin dernier (on a 4 mois de retard, tout va bien c’est normal), et qui avait lieu au Musée d’Art Moderne de la ville jusqu’à la fin du mois de juillet dernier,  semblait intéressante. Pour autant que l’on aime un tant soit peu l’humour inimitable des publicités de médicaments surannés. En effet, « Health for Sale » est le nom d’une exposition de la collection de vieilles affiches promotionnelles pour des produits de santé, collection appartenant à un certain Willian H. Helfand.

Magie de l’Internet mondial, vous pouvez retrouver plus d’infos sur ladite exposition sur le site (en anglais) du musée en question, et surtout voir quelques unes de ces oeuvres improbables grâce à la galerie en ligne accessible en cliquant simplement ici. L’occasion d’un flashback pharmaceutique qui, en quelques minutes, vous transportera dans un monde qui semble à des années lumières du professionnel (presque) rompu au double-clic du dossier médical en ligne. L’une des publicités, en français, est à ne pas louper : « L’alcool abrutit, l’alcool ruine tue ». Ca ne rigolait pas avec ça, en 1906!

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Add a Comment