Notre mauvaise bonne info de vrais faux clients à l’officine

Récit schématique d’un léger raté pharmenligneque. Un matin de la semaine dernière :

« Tiens, l’UFC Que Choisirs’apprête à mener une nouvelle enquête afin d’évaluer le prix moyen des médicaments OTC et la qualité du conseil délivré par le pharmacien.

_ Je pense que l’on pourrait faire une note là-dessus.

_ Bonne idée. Mettons ça de côté et publions un petit truc dans les jours prochains.

_ Par contre il faudra faire attention à ne pas trop tarder quand même, d’autant que le vendredi 11 est férié et que l’information réchauffée, c’est toujours un peu indigeste.

_ Oui oui… »

Suite à cette discussion, on a bien mis l’info de côté. En se promettant d’en parler rapidement. La semaine dernière est passée indécemment vite. Le vendredi 11 a bien été férié. Donc le week-end long. Et hier, la fleur au fusil, nous publions une petite note sur l’enquête de Que Choisir dans les pharmacies.

Normal.

Avant que, Ô magie de Twitter, un pharmacien au doux nom de @edourieznous remette dans le droit chemin en nous signalant la dépêche APM suivante : «  Une enquête d’UFC-Que Choisir suspendue en raison de fuites sur son contenu« . Datée du 7 novembre. Superbe.

Au-delà du raté intersidéral, nous y avons appris que l’enquête a officiellement été suspendue (sans doute reportée, d’ailleurs) parce que le protocole précis, transmis aux clients-mystères de l’association, avait été diffusé sur Internet. Plus précisément, la mission des enquêteurs devait semble-t-il consister dans la relève des prix de 10 produits en libre accès (Vogalib, Hemoclar, Biafine, Citrate de Betaïne, Imodium Caps, Doliprane Oro, Upfen et Polaramine, ainsi que des préservatifs Durex et des tests de grossesse Clearblue), de vérifier l’affichage lisible des prix des médicaments et la présence de la mention « le prix des médicaments non remboursés est libre » quelque part dans l’oficine, avant de tenter d’acheter en même temps une boîte d’aspirine et une boîte de paracétamol afin de tester la capacité du pharmacien à prévenir cela.

Voilà. Vous savez tout. Et nous aussi. Merci encore à  @edouriez.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Add a Comment