Santé 2.0 à Paris : projets, succès, crédibilité

health

Durant deux jours, la très belle Cité Universitaire de Paris s’est changée le temps d’un congrès en temple européen de l’e-Santé, dans lequel se sont croisés plus de 500 acteurs de la santé sur internet. Du blogueur chanceux à l’investisseur curieux, du webmaster sur Twitter à l’expert reconnu sur scène, du porteur de projet au dénicheur de perles rares, tous ont eu l’opportunité d’échanger un regard ou une carte de visite lors de l’événement Health 2.0 qui passait pour la première fois en Europe, et qui plus est à Paris. Après la publication d’une note à bulles, puis d’un court article sur quelques photos que nous avons prises, voici un dernier mot sur ce qui nous a marqué durant ces deux jours, sans pour autant faire un exposé exhaustif de tout ce qui y a été présenté (pour cela, référez vous au programme officiel). Trois mots, plutôt : Projets, succès, crédibilité.

Et si la lecture de cette longue note ne vous suffit pas, nous vous engageons à regarder la chouette vidéo d’introduction au congrès que vous trouverez en cliquant sur l’image juste au-dessus…

1 – Des projets.

Beaucoup de projets estampillés santé 2.0 présentés en même pas deux journée, et autant de belles aventures qui pour certaines sont peut-être les prémices des succès à venir. Parmi la foule de nouveaux outils et services, quelques projets astucieux comme 3G Doctorqui propose d’emmener son médecin partout dans sa poche à partir de l’instant où l’on possède un smartphone, Iwantgreatcarequi vise à permettre de trouver le meilleur professionnel de santé dans un secteur donné, ou encore Alensapour ce qui est des widgets e-commerce en santé. Imperativeand Patientsknowbestproposent quant à eux un site et des services avec lesquels les patients peuvent gérer leur santé en ligne, avec ou sans un composante communautraire (les fonctionnalités de type « réseaux sociaux santé » ont définitivement le vent en poupe).

Côté français, Le Guide Santés’est lancé dans le classement et l’évaluation des pratiques et des établissements médicaux. Alors que le projet DesBons, en forme de partage de recommandations médicales, s’avère déjà plus que prometteur !

La recherche sur internet n’était pas non plus en reste, et des projets comme Medworm, ou, plus institutionnel, la recherche avec HON, sont là pour rappeler combien il est aujourd’hui parfois difficile pour un patient et même un professionnel de santé de trouver la bonne info santé au bon moment.

2 – Des succès.

A Health 2.0, on a aussi croisé quelques blockbusters de la santé que vous connaissez certainement déjà. PatientsLikeMeévidemment : la communauté en ligne de patients américains n’a pas son pareil en terme d’ergonomie, de popularité, de dynamisme. Autre gros acteurs présents, avec des projets dont le succès, pour l’instant très relatif, ne devraient pas nous échapper dans les années à venir : Google et Microsoft, avec leur systèmes de dossiers médicaux gratuits en ligne, à savoir respectivement Google Healthet Microsoft Health Vault. L’un des responsables de Google Health était d’ailleurs là pour faire une courte démonstration des évolutions à venir, avec notamment une interface plus riche et des outils plus visuels (courbes, diagrammes, ….). Doc2Doc, le réseau social de médecins que l’on doit au BMJ, était lui aussi de la partie.

Site américain grand public, HealthWisea fait une démo convaincante du contenu multimédia utilisé,  tandis que le Danemark a fait sensation avec Sundhed.dk, le dossier médical personnel informatisé et disponible en ligne. De dossier médical il a été question, de Dossier Pharmaceutiqueaussi : Isabelle Adenot pour l’Ordre des Pharmaciens français était là pour défendre le projet qui implique aujourd’hui plus de 60% des pharmacies.

Dans la rubrique succès, il faut souligner l’organisation absolument parfaite du congrès, du format retenu (interventions courtes, panels dynamiques, modérateurs experts) aux lieuxinvestis, en passant par le choix des intervenants. Du beau boulot.

3 – Crédibilité.

Alors que reste-t-il à faire pour définitivement ancrer la santé 2.0 dans les systèmes de santé europées, et les pratiques quotidiennes des patients? Un sacré bout de chemin. Mais à la différence d’une de nos précédentes notes écrite à chaud sur la santé 2 au point zéro, on a senti un véritable élan la semaine dernière à Paris. Il faut maintenant faire partager cet enthousiasme communicatif aux structures de santé, aux autorités (l’APHP et la HAS s’étaient déplacés), aux laboratoires, aux professionnels de santé, aux patients, pour que, dans un cadre réglementaire adapté, ces projets qui ont déjà corps dans d’autres contrées voient le jour chez nous. Pour cela la légitimité et la crédibilité des initiatives sont deux points sur lesquels la santé 2.0 doit travailler. Deux thèmatiques que l’on pouvait par exemple resentir au cours de la sympathique table ronde francophone sur les coulisses de l’e-santé dans laquelle nous avons par ailleurs fait une apparition.

Les derniers bruit sur des réflexions autour d’éventuelle autorisation à la vente en ligne de certains médicaments par les pharmaciesen France  sont là pour le prouver : la santé sur internet a certainement de beaux jours devant elle… Il ne reste plus qu’à s’y lancer vraiment!

Health 2.0 Europe Introfrom Health 2.0on Vimeo.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Add a Comment